0

RDC : Omenuke Mfulu, le patient congolais

En manque de temps de jeu à Reims, Omenuke Mfulu qui a déjà connu les espoirs avec sa sélection en 2013 lors du Festival international de Toulon revient sur sa volonté de donner un second souffle à sa jeune carrière. A la recherche d’un nouveau challenge lui offrant ambition et stabilité le joueur de 23 ans a choisi cet été de poser ses valises au Red Star, redescendu en 3e division française la saison dernière. Le milieu relayeur revient avec maturité sur son parcours et ses ambitions futures.

Par Walid Kachour,

Celui que l’on surnomme « Nouké » possède déjà le passeport d’un globe-trotter du ballon rond. Le natif de Brazzaville a grandi à Vitry, en région parisienne, ville où il a débuté lorsqu’il avait cinq ans.

Huit années plus tard, il choisit de rejoindre le club voisin de l’US Ivry. Il y restera deux saisons, le temps que le RC Strasbourg le détecte en 2010 pour y intégrer son centre de formation, qui a notamment sorti le Gabonais Eric Mouloungui ou le Guinéen Mamadou Bah. Le club alsacien dépose néanmoins le bilan l’année suivante et Mfulu doit une nouvelle fois s’envoler vers d’autres prés, plus au Nord cette fois ci, avec les moins de 19 ans du Lille OSC.

Il trouve son premier véritable point de chute, à 19 ans, lorsqu’il intègre à l’été 2013 le mythique Stade de Reims avec qui il signera son premier contrat professionnel en janvier 2014.

Le milieu relayeur, qui se décrit comme un joueur « Box to box » (ndlr: pouvant prêter main forte à sa défense et se projeter vers l’avant grâce à un gros volume de jeu et à une certaine justesse technique) est passé par tous les états, en  Champagne.

Retour en région parisienne

Il a connu le maintien, la descente en deuxième division et la mise au placard en équipe réserve (4e division) par son entraîneur de l’époque, un certain Michel Der Zakarian : « Avec lui, ça ne s’est malheureusement pas bien passé sans vraiment savoir pourquoi. Je n’ai pas pu jouer sous ses ordres, il fallait donc partir. »

Après une saison blanche et 20 apparitions en première division (Ligue 1) en quatre saisons , il décide de signer pour deux ans au Red Star, à Saint-Ouen, près de Paris. « C’est ma région. Et c’est intéressant de rejouer immédiatement la montée dans un club qui conserve sa structure professionnelle. J’ai trouvé un projet avec de l’ambition et des valeurs que je défends. »

Objectif CAN 2019 avec la RDC

Celui qui dispose de la double nationalité (Française et Congolaise) a l’ex-Zaïre chevillée au corps et a choisi de représenter les Léopards pour des raisons culturelles. « Mes parents sont nés là-bas. A la maison on parlait le français mais aussi le lingala. Ce pays est culturellement ancré en moi, même si je ne suis allé le visiter qu’à deux reprises. »

Malgré le manque d’exposition médiatique dont souffre le troisième échelon français, Omenuke qui n’a jamais débuté en équipe nationale A compte bien rattraper le train de retard.

Et reprendre le cours de son histoire internationale, pourtant bien débutée il y a 4 ans avec les Espoirs.

Entre temps, la RDC a enchaîné les bonnes performances (demi-finale de la CAN 2015 et quart de finale 2017) avec une génération composée de jeunes promesses (F.Mubele, M.Tisserand ou encore C. Mbemba) et de joueurs confirmés au haut niveau européen (D.Mbokani, Y.Bolasie, C.Bakambu).

L’équipe dirigée par Florent Ibenge (nominé en 2016 pour le titre d’entraîneur africain de l’année) est également en tête de son groupe pour les qualifications à la Coupe du monde 2018, compétition que son pays n’a plus disputée depuis son unique participation en 1974.

Même si le Mondial russe semble un objectif difficilement atteignable pour le lucide numéro 13 du Red Star, ce dernier ne perd pas espoir quand nous lui parlons de la CAN 2019 qui se disputera selon toute vraisemblance au Cameroun : « C’est un objectif que je garde en tête même si je sais que ça peut prendre du temps de retrouver la sélection. J’ai surtout l’envie, cette année, de me remettre en jambes et de montrer mes capacités. La sélection commence à devenir très intéressante avec des joueurs de qualité. J’essaye de garder cet objectif en permanence pour pouvoir y figurer. Je veux l’atteindre. Ce n’est pas quelque chose qui me freine, bien au contraire. »

Celui qui a pour modèles les milieux de terrain Abou Diaby et Yaya Touré prendra exemple sur ses illustres aînés pour pouvoir rallier le Cameroun avec les Léopards congolais dans moins de deux ans.

 

RFI
A propos de l'auteur:

ARTICLES LIÉS

LAISSE VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

A propos de Congo Mag

Congomag présente des reportages et des entrevues qui portent sur la politique, l’économie, le monde des affaires, la culture, la société, l’éducation et la science. Des chroniques santés, techno s’ajoutent aux dossiers de l’heure.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

 Abonnement J'accepte les règles de confidentialité de ce site

CALENDRIER

août 2017
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories